AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Début d'un roman pour une amie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Peredur
¤ Bélyzélien Naissant ¤
¤ Bélyzélien Naissant ¤


Masculin Nombre de messages : 50
Age : 25
Localisation : Dinant
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Début d'un roman pour une amie   Ven 9 Aoû - 19:05

Salut à tous :-)

Je voulais vous publier une de mes créations que j'ai réalisé pour aider ma meilleure amie. Elle a dut écrire un mini-roman sur le thème de la chevalerie mêlé à du merveilleux. Cela faisait partie de son examen de fin d'année et j'ai donc dus réaliser son introduction, son univers et son élément perturbateur ( en gros le début quoi) en vue de la motiver et de la lancer sur le bon chemin pour qu'elle réussisse. J'ai donc attendu le moment propice à un coup d'inspiration et au bout de plus ou moins deux heures, voici ce qu'il en est advenu...  Bonne lecture Smile  

Autrefois, en ces temps lointains où notre vieux monde était encore gouverné par la magie et le mystère, et où l’homme bâtissait de ses mains agiles d’immenses forteresses ornées de milles couleurs, prenaient racine toute sorte d’histoires absolument fascinantes où il était question bien entendu de cet éternel combat entre le bien et le mal. Ce sont ces récits anciens qui donnaient naissance à des myriades de personnages tous aussi fabuleux les uns que les autres. Ainsi, on parlait de nobles chevaliers partant à l’aventure en vue de mettre leur épée au service d’un bon seigneur, d’une belle damoiselle ou tout simplement d’une juste cause. Leurs quêtes les amenaient alors souvent vers des lieux étranges où des êtres magiques ou maléfiques les attendaient.  C’est de ce genre de choses dont parle notre livre.
Notre histoire commence dans un ancien royaume paisible et prospère. Où se situait-il ? Difficile à dire car les noms changent avec le temps. Tout ce que nous savons c’est qu’il se trouvait quelque part en Angleterre ou au Pays de Galles. En tout cas dans ce coin là ! Peu importe de toute façon car dans ce récit, seul son nom a son importance. On l’appelait le « Royaume du diamant rouge » et c’est au beau milieu de ce pays merveilleux que se trouvait une majestueuse ville dorée portant le doux nom d’Orion. La cité d’Orion était habitée par une foule de braves gentilhommes et de belles damoiselles qui n’aspiraient qu’à une chose : faire la fête.  Car dans cet endroit, les gens festoyaient du matin au soir. C’était depuis longtemps devenu pour eux une tradition et un mode de vie et cela grâce à un pouvoir très ancien qui maintenait le royaume dans une paix constante. Vous vous demandez sans doute d’où venait ce pouvoir ! Hé bien, au plus haut sommet de la cité se tenait tel une montagne, un gigantesque et colossal château dont les murs brillaient d’une couleur vermeille. Celui-ci possédait d’ailleurs trois tours dont l’une d’elle montait tellement haut qu’il était dit que l’on pouvait de son sommet… converser avec les dieux. Et c’est dans cette magnifique forteresse que se trouvait une immense salle du trône dont le plafond était incrusté d’un superbe diamant rouge gros comme le poing d’un géant. C’est ce mystérieux rubis qui, par sa magie, empêchait quiconque ayant de mauvaises intentions de pénétrer dans la cité d’Orion et par la même occasion dans le château.  C’est depuis ce dernier que Gukimir, le roi rouge, gouvernait le royaume avec sagesse et bienveillance.  Celui-ci avait une fille, la princesse Aurora qui, dit-on, était la personne qu’il aimait la plus au monde. Cette jeune femme était très belle et très appréciée par les gens du royaume. Or un jour, alors que celle-ci était en ballade hors des murs et sans escorte comme à son habitude, elle disparu ! Ha, une imprudence est si vite commise lorsqu’on a l’habitude de vivre sans le moindre danger. Le roi rouge, apprenant la nouvelle, convoqua immédiatement son capitaine de la garde et lui ordonna de déployer deux cents cavaliers dans les lieues aux alentours en vue de retrouver la princesse. Mais en vain ! Après des jours de recherche, ils rentrèrent bredouille. Gukimir entra alors dans une rage folle. Après avoir demandé à ce que personne ne le dérange, il monta quatre à quatre les marches de sa plus haute tour et, arrivé en haut, il supplia de toute sa voix les dieux du vent de lui venir en aide. Paralda, le grand roi des esprits de l’air, entendit alors son supplice et envoya sans perdre de temps ses légions de sylphes parcourir les cieux sur des milliers de kilomètres à la ronde dans le but de retrouver Aurora. Après avoir cherché dans les moindres recoins possibles, ceux-ci rentrèrent aussi bredouille que les hommes du roi. Paralda envoya alors un message à son cousin, Ghob, le roi des esprits de la terre. Fort inquiet de cette nouvelle, le petit roi envoya sans attendre ses troupes de gnomes et d’elfes noirs sonder les grottes et les plus grandes profondeurs de notre monde. Retombant sur les mêmes résultats il mit Niksa au courant. Ce dernier étant le roi des esprits de l’eau, envoya ses sirènes aux quatre coins des mers et des océans. Même les lacs, les rivières et les moindres petits ruisseaux furent passés au peigne fin.  Mais toujours rien. Djinn, le roi des esprits du feu eu vent de ce problème et envoya ses génies sonder les volcans mais encore en vain.
Un mois entier venait de s’écouler et Gukimir avait laissé de coté sa colère pour s’abandonner au chagrin et au désespoir. Il était en train de se demander s’il reverrait un jour sa fille quand son capitaine vint lui annoncer qu’un être étrange attendait au pied des murs de la cité pour parler au roi. Au pied des murs ? Ce ne pouvait être que quelqu’un ayant de mauvaises intentions. En effet, devant les portes d’Orion, attendait sur un grand destrier noir, Ysmir, le roi d’ébène, appelé ainsi pour son armure noire entièrement taillé dans un bois d’ébène magique. Celui-ci était très craint par les gens de la ville dorée car non seulement, il avait autrefois juré de la conquérir, mais c’était aussi un grand mage noir capable des pires abominations. Le roi-sorcier, levant les yeux vers Gukimir, lui cria d’une voix caverneuse qui faisait froid dans le dos : « Que ta cité prie pour son sort car je détiens ta fille bien aimée et je ne la relâcherai qu’en échange de ton royaume. Cependant et comme je suis amateur de défis, je te laisse trois lunes et pas un jour de plus pour prendre mon sanctuaire et libérer la princesse. Passé ce délai, ce sera soit sa mort, soit tes terres. Je te souhaiterais bien bonne chance mais cela ne changerait rien. Trois mois Gukimir, pas un jour de plus ! ». Sur ces mots, il repartit au triple galop en ne manquant pas de laisser une trainée de poussière noire derrière lui. Le roi rouge n’attendit pas une minute de plus et convoqua son grand conseil dans sa salle du trône.  Au cours de cette assemblée, il fut décidé, étant donné qu’Ysmir s’attendait à recevoir chez lui toute une armée, de n’envoyer qu’un à deux hommes pour but de garder l’effet de surprise.  Ceux-ci n’auraient alors qu’une chose à faire : retrouver et délivrer la princesse disparue.
C’est ainsi que le champion du roi fut choisit. Il s’appelait…

Voilà, voilà :-) J'espère sincèrement que cette histoire vous plait à vous aussi. En tout cas ça l'a beaucoup aidé et elle a réussi :-) Je n'ai malheureusement pas la suite qu'elle a réalisé mais je pourrai toujours la postuler quand je l'aurai (ou bien créer la suite moi-même) Quoi qu'il en soit et comme j'attache une grande importance à ma façon d'écrire car j'aimerais grandement la perfectionner, si vous avez des conseils à me donner où que vous voyez des choses à changer, cela me ferais plaisir de les connaitre. J'ai , comme certains ici, moi aussi l'ambition d'écrire des livres plus tard.C'est un vieux rêve en fait:héhé:  Bon, ici c'est du merveilleux, c'est donc encore fort simple évidemment. Je vous publierai bientôt quelque chose de plus complexe et j’espère que vous serez là pour m'aider. Je trouve qu'il n'y a rien de mieux  que ce forum pour ce genre de chose   Voilà voilà 

PS: j'aime autant préciser que pour cet écrit j'ai repris les nom Gukimir et Ysmir des Elders scrolls les trouvant adaptés pour le roi rouge et le roi d'ébène...
Revenir en haut Aller en bas
xd_malchik
¤ Bélyzélien Timide ¤
¤ Bélyzélien Timide ¤


Masculin Nombre de messages : 222
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Re: Début d'un roman pour une amie   Dim 11 Aoû - 19:21

Hellow !

Je ne suis pas un grand fan du genre merveilleux (encore moins quand il s'agit de chevaliers et tout le tralala).  Je vais cependant tenter de donner mon avis.

Si ce texte a été écrit dans le cadre d'un exercice, alors ok, ça peut passer ^^ on comprend pourquoi tout va très vite, pourquoi une description rapide du monde, du lieu etc. Sinon, c'est sûr il faudrait prendre le temps de développer, de nuancer. Là on nous balance tout d'un coup : le royaume du diamant rouge est comme ça, il se passe ça, ça et ça... On reste en surface et on peine à entrer dans l'univers (pour ma part en tout cas).

Au niveau de l'intrigue, c'est assez simple, un schéma narratif plutôt basique avec tous les éléments : le héros, le méchant, les alliés, l'objet recherché etc. (mais bon, pour un exercice ça passe)

Et pour l'écriture, je trouve ça aussi un peu simplet, gentil. TROP d'embellissements pour le royaume : trop bisounouresque ! Parfois des décrochages de style, du genre "en tout cas dans ce coin là !", pour moi ça ne passe pas. Un style pas vraiment personnel, un style de surface toujours. Des paragraphes lourds, il faudrait aérer.

Après, j'ai toujours du mal avec les noms de personnages issus du genre merveilleux... ça reste très personnel.

Faut persévérer =)
Revenir en haut Aller en bas
Peredur
¤ Bélyzélien Naissant ¤
¤ Bélyzélien Naissant ¤


Masculin Nombre de messages : 50
Age : 25
Localisation : Dinant
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: Début d'un roman pour une amie   Dim 11 Aoû - 21:07

Je comprends ce que tu veux dire mais j'ai oublié de préciser qu'il y avait certains critères à respecter dont le nombre de pages, ce qui explique pourquoi c'est si simple et qu'on ne rentre pas dans les détails. Quand au genre (banal c'est vrai) du scénario et des personnages cela fait partie de ce style d'histoire. Mais il est vrai que j'ai fait simple pour que mon amie évite de s’emmêler les pinceaux, car c'est pas son genre d'écrire des histoires lol. Pour le reste, je note :-) Sinon, je suis plus du genre à détailler en profondeur moi aussi :-)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Début d'un roman pour une amie   Aujourd'hui à 19:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Début d'un roman pour une amie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cadeau pour une amie
» [OS] Lettre d'Adieu.
» Dan Mitrecey, auteur de roman pour la jeunesse
» Roman Policier
» [Bill] S'il avait une petite amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ¤ ENTRE BELYZELIENS ¤ :: ¤ Artistes en Herbe ¤ :: ¤ Au Clair De Ma Plume ¤-
Sauter vers: